❤ Livraison OFFERTE via Mondial Relay en France métropolitaine ❤

Méthodes d’éducation chez le chien

1/ Quelles sont les différentes formes d’apprentissage ?

2/ Quels sont les facteurs d’apprentissage chez le chien ?

3/ Les avantages et inconvénients des différentes méthodes d’éducation canine.

1)Les différentes formes d’apprentissage :

  • L’apprentissage associatif : le chien est exposé à un événement qui est associé à un autre. Ce type d’apprentissage suit la loi de l’effet (un comportement suivi d’une conséquence agréable peut être augmenté, et inversement). Le chien intègre la relation de cause à effet, et peut ensuite anticiper la situation à venir. Nous pouvons le distinguer sous trois formes :
  • Le conditionnement classique : le chien répond de plus en plus vite par un comportement «réflexe» à un stimulus neutre s’il a été associé à un autre stimulus qui déclenche la réponse. La théorie de Pavlov explique le conditionnement classique.
  • Le conditionnement opérant : le chien produit ici un comportement volontaire en apprenant les conséquences d’une action. On peut donc renforcer le comportement si la récompense qui suit est plaisante ou à l’inverse punir le comportement. Nous utiliserons donc le renforcement positif, le renforcement négatif, la punition positive, la punition négative.
Conditionnement opérant
  • Apprentissage par essai-erreur : c’est le développement d’une association, en tant que résultat d’un renforcement durant un comportement appétitif, entre un stimulus et un acte moteur indépendant. Quand le stimulus et le comportement précèdent le renforcement et que l’acte moteur n’est pas la réponse inhérente de ce renforcement. Pour faire plus simple, il y a trois étapes dans cet apprentissage. En premier lieu, on a un stimulus conditionnel, qui correspond souvent à un ordre (son). Ce stimulus doit déclencher le comportement désiré à la fin de l’apprentissage. Ensuite on complète avec un stimulus inconditionnel, correspondant à la récompense, donnée pour renforcer le comportement désiré. Enfin, on a la réponse de l’animal : au début il essaie un peu au hasard différentes options, suivant ce qu’on lui demande, et lorsqu’il réalise le comportement attendu, on lui donne la récompense, ce qui crée l’association. Pour réaliser correctement l’apprentissage par essai-erreur avec des animaux, l’une des choses les plus importantes à maîtriser est le temps.

L’apprentissage non associatif : Ce sont des apprentissages simples, où l’animal est exposé plusieurs fois à un unique événement. On en distingue trois types :

  • L’ habituation : elle permet de réduire un comportement progressivement et durablement suite à une exposition répétée à un stimulus à intervalles réguliers, et qui n’est pas récompensée. Pour les chiens peureux, cela permettra de réduire un stress environnemental.

Par exemple, si votre chien a peur de l’aspirateur, il vous faudra, par étape, l’habituer à ne plus avoir peur de cet objet.

1ère étape :passez l’aspirateur sans le brancher.

Si votre chien n’a plus peur, vous pouvez passer à la 2nde étape: branchez l’aspirateur et passez le à intensité minimale. Puis, augmentez la progressivement afin que le chien s’y habitue.

  • La sensibilisation : c’est l’apprentissage inverse de l’habituation car elle amplifie la réaction initiale au même stimulus. Elle a lieu avec des stimuli légèrement désagréables. Par exemple, lorsque le chien sursaute encore plus fort, avec une fréquence cardiaque qui s’accélère davantage, après avoir entendu pour la deuxième fois la même alarme. Le stress généré sur l’animal par la sensibilisation est fort, il faut donc l’éviter au maximum et habituer votre chien à ces stimuli. Tous les chiens ne répondent pas de la même manière à la sensibilisation.
Sensibilisation topcanin
  • L’apprentissage latent : c’est le résultat d’une motivation ou d’une exploration en l’absence de toute forme d’effort. Par exemple, au cours de ses premières explorations, le chien découvre un chemin pour atteindre une cachette. Il réalise alors l’apprentissage de la route qui conduit à cette cachette. De la même façon, un chien qui résout un problème simple sans récompense à la clé réalise un apprentissage latent.

Les apprentissages sociaux : ils se distinguent sous quatre formes :

  • L’apprentissage par imitation : comme son nom l’indique, ce type d’apprentissage consiste à observer puis à reproduire. Par exemple, le chiot regarde sa mère et calque son comportement.
imitation topcanin
  • l’apprentissage par observation : le chien regarde et reproduit également, mais cette fois-ci, il regarde un autre chien en train d’apprendre quelque chose. Par exemple, le chien observe un autre chien en train de se faire gronder pour avoir grignoté le pied de la table. Le chien est en train d’apprendre à associer «grignoter la table» et «réprimande» par conditionnement opérant. Et notre chien est en train d’apprendre la même chose par observation.
observation topcanin
  • L’apprentissage par imprégnation : c’est le processus par lequel le chien apprend à quelle espèce il appartient, quel est son sexe etc… C’est un apprentissage qui se déroule durant son enfance (avant 4 mois) et qui est irréversible. Il restera fortement ancré jusqu’à sa mort. Un problème d’imprégnation peut engendrer de nombreux troubles comportementaux à l’âge adulte.
imprégnation topcanin
  • L’apprentissage par intuition : chez le chien, l’apprentissage par intuition, est une situation qu’il n’a jamais vécu ni observé. Toutefois, par intuition, il arrive à comprendre et à en tirer une leçon. Par exemple, le chien observe de la viande en train de cuire dans une poêle. S’il ne s’en approche pas dès le premier coup, c’est qu’il a appris tout seul par intuition que cela peut être dangereux.
intuition topcanin

2/ Les facteurs d’apprentissage chez le chien :

Facteurs d'apprentissage

Pour déterminer les facteurs d’apprentissage chez le chien, il faut prendre en compte l’individu, les conditions d’apprentissage, les méthodes mais aussi les formes d’apprentissage ainsi que la communication instaurée entre le chien et le maître. Je vais détailler les facteurs ci-dessous :

  • L’âge du chien. En général, un jeune chien apprend mieux qu’un chien âgé.
  • La race du chien. Un chien de type berger, par exemple, a plus de facultés à apprendre (non pas qu’ils soient tous intelligents, mais cette race à tendance à mieux apprendre et est répertoriée comme la plus intelligente).
  • L’inné chez le chien. En fonction du potentiel génétique, de par sa race sélectionnée selon certains critères précis ou le choix de ses parents, le chien arrivera avec une part non négligeable d’informations inscrites dans son ADN. Il ne faut pas négliger le caractère des parents (des parents avec une forme «d’intelligence» auront tendance à procréer des chiots intelligents). C’est donc un facteur d’apprentissage, le chiot arrive avec des facultés. Il aura tendance à apprendre plus vite.
  • L’intelligence du chien. L’intelligence est difficile à juger pour les chiens. Pour savoir si le chien est intelligent prenons donc la vitesse d’apprentissage, ceci nous montre une estimation de l’intelligence du chien.
  • La motivation du sujet ainsi que sa participation. Pour ma part, pour éduquer mon dogue de majorque, je ne lui ai pas imposé une éducation à un horaire précis tous les jours. J’ai remarqué chez lui, à certains moments de la journée une source de motivation qui variait d’un moment à un autre. C’est-à-dire que ce n’est pas parce que le lundi à 10h il était motivé, que le mardi à 10h il était également motivé. J’ai pris en compte aussi mon humeur, je ne vais pas être tous les jours à 14h de bonne humeur ou apte à des échecs d’apprentissage. Il faut donc se connaître et connaître son chien. J’ai pris mon exemple, mais je peux confirmer également que certains chiens, à contrario, ont besoin d’une rigueur et d’horaires imposés. Pour conclure, cela dépend des individus mais il faut toujours la source de motivation du chien ainsi que sa participation.
  • Préparer le chien en amont à la tâche imposée favorise l’apprentissage. Elle prépare le chien à être confronté à des situations similaires. Cela crée une attitude d’apprentissage d’autant plus efficace que l’apprentissage porte sur des éléments précis pouvant être rencontrés à la fin de la séance.
  • Les conditions d’apprentissage temporo-spatiales : l’apprentissage concentré, c’est-à-dire répéter l’exercice de façon soutenue en répétant les essais les uns à la suite des autres ou un apprentissage distribué, c’est-à-dire laisser des temps de repos entre chaque tentative.
  • L’environnement : faire les exercices dans un environnement pauvre en stimuli. Chez soi dans le salon, par exemple. Dès que le chien a acquis l’exercice, changer l’environnement avec plus de stimuli (exemple le jardin, bruits d’oiseau, bruits de voiture, odeurs etc…) et petit à petit changer l’environnement qui apportera de plus en plus de stimuli mais qui permettra au chien de valider l’exercice dans toutes situations.
  • Les différents formes d’apprentissage sont des facteurs d’apprentissage (conditionnement classique, conditionnement opérant etc…). Renforcer un comportement positif ou négatif. Dans un apprentissage il faut une motivation, un but, une récompense.
  • La communication entre le chien et son maître est un facteur d’apprentissage car l’Homme devra instaurer une communication cohérente avec son chien mais aussi comprendre la communication du chien. Ceci renforcera les liens entre eux et facilitera l’apprentissage.
  • Les méthodes d’apprentissage (éducation positive, traditionnelle, naturelle, click training) sont des facteurs d’apprentissage : un chien ne répond pas de la même manière à une méthode qu’un autre chien. C’est à l’humain de comprendre son chien afin de lui apporter la meilleure méthode et donc de le mettre dans les meilleurs conditions d’apprentissage.
  • L’acquis chez le chien, de sa naissance à son adoption. Chez l’éleveur, si le travail est fait correctement, le chiot aura acquis certaines bases qui l’aideront par la suite à apprendre plus facilement certains exercices mais aussi les règles du savoir vivre en société.
  • Combler les trois besoins fondamentaux du chien (exercice physique, mentale, masticatoire) afin qu’il soit bien dans sa tête et dans son corps, cela nous aidera pour les séances d’apprentissage.
  • Les objectifs du maître et ses attentes sont des facteurs d’apprentissage pour le chien. La responsabilité du maître est de mettre tout en œuvre pour que l’exercice donné au chien soit acquis. Le chien ne veut que le bonheur de son maître. A l’Homme également d’être cohérent dans ses gestes et ses dires et d’instaurer une relation de confiance et de communication adéquate.

3) Les avantages et inconvénients des différentes méthodes d’éducation canine :

1. Éducation traditionnelle :

Avantage : Résultats rapides

Inconvénients :

– Système de hiérarchie.
– Mauvaise coopération entre le maitre et son chien.
– Non adaptée aux chiens sensibles. Obéissance par peur avec l’utilisation des punitions.
– Cette méthode favorise des dérives notamment des violences «invisibles» (peur, sensibilisation…)
– Le chien vit en permanence dans la crainte d’une sanction et l’amène à ne plus répondre aux ordres par crainte de se tromper et d’être puni. Le chien travail sans motivation.
– Si la punition intervient au mauvais moment, cela engendre une incompréhension totale de la part du chien et l’angoisse. Ce qui l’amène à vivre dans un environnement menaçant. Cela engendre malpropreté, destructions etc…
– Le chien est placé dans un environnement de tensions et l’amène à devenir agressif.

2. Éducation positive :

Avantages :

– Renforcement de la relation entre le maître et son chien (pas de rapport de force)
– Réelle coopération entre les deux (pas de rapport dominant/dominé)
– Le chien obéit car il est en confiance. Bon équilibre mental.
– Respect du chien et de son bien être.
– Cette méthode évite de déclencher de l’agressivité chez le chien. Elle évite également de l’anxiété ou de la crainte.

Inconvénients :

– Le maître doit avoir une grande patience, une rigueur et de la constance car cette méthode peut demander beaucoup de temps avant d’obtenir des résultats et une progression.
– Cette méthode récompense les bons comportements mais ne punit pas les mauvais. Il faut donc faire preuve de beaucoup d’imagination pour détourner ou éviter le mauvais comportement.
– Cette méthode, pour les éducateurs canins, est difficile à mettre en place si il y a des cours en groupe. Il faut privilégier les cours individuels

3. Éducation naturelle :

Avantages :

– Méthode qui se passe dans un environnement paisible et stimulant.
– Chien plus réceptif car il a que des récompenses
– Complicité entre le maître et son chien ainsi qu’une totale confiance.
– Le chien pense s’amuser alors qu’il est en session d’apprentissage.

Inconvénients :

– Hiérarchie instaurée entre le maître et son chien. Relation de dominance. Contrôle des comportements excessifs comme le ferait sa mère (attraper la peau du cou)
– Il n’y a pas un traitement juste et bienveillant envers le chien.
– Cette méthode est utilisée sur des conclusions erronées (chiens comparés aux loups). Or le chien n’a pas le même fonctionnement que le loup.
– Certains éducateurs demandent à leurs clients de ne pas nourrir le chien avant les sessions d’éducation.

4. Éducation Click Training :

Avantages :

– Possibilité d’apprentissage à distance (exemple : le chien est à 15m et s’assoie, nous pouvons émettre le clic et le chien comprend qu’il a eu un bon comportement).
– Méthode pratique pour les chiens très agités qui ne répondent pas spécialement au son de la voix. Le click est un son différent des autres et nous rentrons dans une autre dynamique pour attirer l’attention du chien.
– Méthode pratique pour les chiens agressif, pas besoin de le toucher lorsqu’il a un bon comportement il suffit du click et de lancer sa récompense.
– Technique utilisable pour tout type de chien et à tout âge et pour tout type de comportement.
– Pour les éducateurs canins, possibilité de faire des séances en groupe.

Inconvénients :

– Cette méthode demande au chien de s’habituer au clic/récompense. Il faut se passer rapidement de la friandise de récompense. Le geste associé à l’ordre doit progressivement remplacer le clic/récompense.
– Toujours cliquer avec une récompense à la suite. Si le timing n’est pas respecté le chien risque de ne plus coopérer.
– Méthode longue, répétitions régulières, répétitions dans différents endroits.
– Méthode froide pour le maître car il ne faut pas féliciter ni caresser son chien lorsqu’il a un bon comportement, il faut seulement utiliser le clic/récompense.
– Certains éducateurs associent cette méthode à de la contrainte or l’objectif de cette méthode est la positivité.

Après cette lecture, je souhaite

Meilleure boutique topcanin

Laisser un commentaire

Panier d’achat

0
image/svg+xml

Aucun produit dans le panier

Continuer vos achats